INFO SANTE : Le cannabis pourrait soigner l’épilepsie… cliquer ici

Par Cécilia BEAUDOIN   Le cannabidiol et sa supposée efficacité contre l’épilepsie font l’objet de travaux de recherche depuis au moins les années 1970.

Le cannabis médical pourrait venir à bout de certaines formes d’épilepsies. Une étude dont les résultats ont paru récemment, vient en effet de démontrer l’efficacité du cannabidiol, un composé non psychoactif, contre certaines formes de la maladie jusqu’alors impossibles à soigner.

Plus de 40 % des enfants ont eu moitié moins de crises d’épilepsie

Cette vaste étude internationale, pilotée par Orrin Devinsky (New York University) et Helen Cross (University College of London), a été menée sur 120 enfants et adolescents âgés de 2 à 18 ans, tous atteints d’une forme rare et grave d’épilepsie d’origine génétique, le syndrome de Dravet. Pendant quatorze semaines, le panel a été scindé en deux : au premier groupe, on a administré un placebo, tandis que l’autre groupe avalait une solution contenant 20 mg de cannabidiol par kilo de poids corporel (ce médicament, l’Épidiolex, est produit par le laboratoire GW Pharmaceuticals, qui a financé l’étude).

Les résultats sont sans appel : dans le groupe traité au cannabidiol, le nombre de crises est passé en moyenne de 12,4 à 5,9 par mois, soit une baisse de 39 %. « Le pourcentage de patients ayant eu une réduction d’au moins 50 % du nombre de crises convulsives était de 43 % avec le cannabidiol et trois enfants sont devenus totalement libres de crises », rapportent les auteurs.

Chez les jeunes placés sous placebo, 27 % ont eu au moins 50 % de crises en moins, et leur fréquence a diminué de 13 % (passant de 14,9 à 14,1 par mois). Les auteurs de l’étude expliquent en effet que « dans certaines études sur les médicaments antiépileptiques, les placebos ont une efficacité supérieure à 20 %. »

Des résultats encourageants mais pas pour toutes les formes d’épilepsie

L’efficacité à long terme est en cours d’investigation, mais certains patients prennent le produit depuis plus d’un an avec de bons résultats. Et malgré des effets secondaires : diarrhée, vomissement, fatigue, fièvre, somnolence et, chez certains, anomalies transitoires du fonctionnement hépatique, il semble que « globalement la tolérance du cannabidiol soit tout à fait favorable comparée aux traitements existants », précise le Pr Orrin Devinsky.

À noter toutefois que l’efficacité du cannabidiol s’est montrée limitée en cas de crises non convulsives (comme les absences) et que le nouveau traitement ne pourra donc pas être prescrit pour toutes les formes d’épilepsie.

GW Pharmaceuticals dispose déjà de résultats positifs dans le traitement d’une autre épilepsie grave, le syndrome de Lennox-Gastaut, et s’apprête à demander une autorisation de mise sur le marché pour l’Épidiolex « très bientôt aux États-Unis, et peu après en Europe », explique Chris Tovey, membre de la direction de GW Pharmaceuticals.

Laisser un commentaire